Synopsis

by admin. 0 Comments

330 mètres sous les mers.
Ce documentaire est un hommage à tous les plongeurs qui, inlassablement, parfois au  péril de leur vie repoussent les limites de la plongée sous marine.

C’est un hasard qui, en 1996, propulse Pascal Bernabé sur le devant de la scène.
Jusqu’alors plongeur spéléo, peu connu du grand public, il est le seul à accepter de tenter de ramener deux robots de reconnaissance coincés par 176 mètres de fond à la Fontaine au Vaucluse.
Un an plus tard poussé par ce succès et par un goût nouveau pour la profondeur c’est 200 mètres que Pascal va chercher à atteindre. Ce jour là, une glissade l’amène à 250 mètres de profondeur.

Pascal entre dans le club très fermé des explorateurs ultra profonds, sur la trace de ses modèles Sheck Exley et Jim Bowden. Il veut devenir le premier plongeur autonome sous les 300 mètres.
Ces exploits n’auraient pas été possibles sans que les scientifiques et les industriels cherchent eux aussi à envoyer des hommes très profond.
En 1982 aux USA, Atlantis III simule une plongée à 686m, suivi 10 ans plus tard par La Comex et le plongeur Théo Mavrostomos, qui atteint la profondeur inégalée depuis de 701 mètres.
Les plongeurs autonomes s’emparent de ces techniques de plongée extrême et font tomber les barrières.

John Benett sera le premier plongeur sous les 300 mètres en 2001 au terme d’une plongée de 8 heures qui failli lui coûter la vie.
L’objectif de Pascal est maintenant d’aller au delà des 300 mètres.

D’autres plongeurs continuent à repousser les limites, tel Dave Shaw. En 2005, Shaw plonge avec un recycleur à une profondeur jamais atteinte avec ce matériel. A l’occasion de ce record à plus de 271 mètres dans une grotte d’Afrique du Sud, il retrouve le corps d’un plongeur disparu dix ans
auparavant. Dès lors il n’a qu’une idée en tête : ramener le corps à la famille. En tentant de ramener ce corps, Shaw y laissera la vie.

Quelque mois plus tard, le Sud Africain Nuno Gomes plonge à 318 mètres.

Enfin, le 5 juillet 2005, Pascal atteint 330 mètres.

A cette profondeur, un accident failli lui coûter la vie, une lampe explose et lui déchire le tympan, rendant les 8 heures de décompression proche du supplice.

Fort de la notoriété apporté pas ce record, Pascal a quitté son métier d’enseignant dans la région toulousaine pour se consacrer entièrement à la plongé technique.
Depuis, aucun autre plongeur ne s’est confronté à de telles profondeurs, Pascal, lui, est loin d’avoir envie de retenter cette expérience extrême qui l’a amené à la limite des connaissances scientifiques et techniques de la plongée sous marine autonome.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *